Harper nomme ses ministres

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Québec mange la claque

Quatre des cinq députés conservateurs au Québec ont été nommés au conseil des ministres par Stephen Harper.

C’est la plus petite représentation conservatrice du Québec au cabinet fédéral dans l’histoire du Canada.

Harper n’avait pas grand choix. Il n’a fait élire que cinq députés au Québec. Christian Paradis, Steven Blaney, Denis Lebel et Max Bernier seront ministres.

Montréal n’a pas eu de ministre; la métropole est la plus grande ville au Canada qui n’a pas de ministre. Ça se comprend. Montréal n’a pas élu un seul conservateur.

Pas question cette fois de nommer un sénateur conservateur pour représenter Montréal, comme Harper avait fait avec Michael Fortier, une décision qui s’est avéré un désastre monumental.

Cette fois le Québec, qui d’habitude a 25% des ministres se contentera de 10 % maintenant.

L’Ontario est le grand gagnant avec 15 ministres. Ça se comprend. C’est l’Ontario qui a donné Harper sa majorité.  Dorénavant, c’est l’Ontario qui mènera, non plus l’Alberta.

James Flaherty, le champion du déficit record de 56 milliards $ retournera aux finances.

Tony Clement, bénéficiaire de l’orgie du patronage de 50 millions $ dans son comté lors du G-8, sera en charge de surveiller le patronage éhonté  au Conseil du Trésor.

John Baird, le grand chialleur du parlement, sera en charge de la politique diplomatique aux affaires étrangères.

Montréal n’a pas eu un seul ministre, la plus grande ville canadienne sans ministre. Ça se comprend. Montréal n’a pas élu un seul conservateur.

Il n’était pas question de nommer un sénateur pour représenter Montréal au conseil des ministres, comme Harper avait fait pour Michael Fortier, qui s’est avéré un désastre monumentale.

Denis Lebel est un grand gagnant avec une immense promotion.

Non seulement conserve-t-il son poste de ministre responsable du Développement économique du Québec, mais il deviendra aussi le puissant ministre des Transports.

Ensemble, ce sont parmi les plus grands postes de patronage au il sera également responsable du Pont Champlain avant qu’il tombe.

Christian Paradis devient ministre de l’industrie, un ministère important. L’Industrie c’est immense. C’est à lui de convaincre les Canadiens du bien-fondé de dépenser des dizaines de milliards pour acheter les avions de chasse F-35 de Harper, et de défendre les intérêts canadiens dans l’achat de la Bourse de Toronto par la Bourse de Londres.

Un gagnant surprenant est Steve Blaney, qui passe de l’arrière banc à ministre des Anciens combattants, et remplacera l’ancienne ministre Josée Verner comme ministre dans la ville de Québec.

C’est Blaney que Harper envoyait toujours faire les jobs difficiles pour défendre le gouvernement Harper à la télévision. Blaney ramassait avec classe les coups sales des députés adversaires et des journalistes.

Le maire Régis LaBeaume aura un négociateur de taille devant lui.

Max Bernier, l’indomptable, après un purgatoire dans la Beauce, sera de nouveau ministre. Cette fois il rentre par la petite porte. Plus question de la Défense nationale, ni des Affaires étrangères. Il sera ministre d’État pour la petite entreprise et le tourisme (sans limousine ni chauffeur.) Il dépendra du ministre Paradis pour ses budgets.

Bernier ne pourra plus parler contre la Loi 101 ni contre la primauté du français au Québec. Il devra être solidaire de ses confrères.

Pauvre Jacques Gourde, député de Lotbinière-Chutes-de-la-Chaudière. Il sera le seul « simple député » conservateur au Québec. Harper lui trouvera bientôt une fiole.

Il y avait une surprise importante.  La ministre Bev Oda qui avait admis au parlement de ne pas avoir dit la vérité, et d’avoir autorisé la fraude d’un document gouvernemental, est revenue comme ministre de la co-opération internationale

Le slogan électoral de Harper au Québec durant la campagne était « Ma région au pouvoir. » Ironie, le Québec avec le quart de la population canadienne mais seulement le dixième des ministres est loin d’avoir fini « au pouvoir. »

 

C’est plus plutôt l’Ontario avec 15 ministres qui est au pouvoir.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires