Une deuxième vie pour l’eau de pluie

Daphnée
Daphnée Tranchemontagne
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Longtemps considérée comme une richesse inépuisable, l’eau potable fait désormais l’objet de diverses mesures d’économie. Dans cette optique, la Ville de Montréal a mis sur pied un programme de distribution de barils pour récupérer l’eau de pluie. Ceux-ci seront disponibles, dès la mi-septembre, à l’Éco-quartier de Saint-Léonard.

Près de 1500 barils seront distribués sur l’ensemble du territoire montréalais.(Photo: gracieuseté)

Le but premier de l’initiative est de réduire le volume d’eau propre acheminé au réseau d’égout unitaire. Au total, 1500 barils, fait à partir de contenants alimentaires recyclés, seront offerts aux citoyens sur l’ensemble du territoire montréalais, permettant ainsi de récupérer 70 000 mètres cubes d’eau, soit l’équivalent de 20 bassins olympiques.

« À Montréal, près de 50 % des égouts fait partie du système unitaire et l’autre moitié relève du système séparatif. À Saint-Léonard, il s’agit du système unitaire, c’est-à-dire que les eaux de pluie, tout comme les eaux usées se retrouvent dans la même canalisation », explique Didier Michaud, coordonnateur de l’Éco-quartier Saint-Léonard.

Selon lui, cette mesure permet aussi de diminuer les risques de refoulement d’égouts.

« Lorsqu’il y a de grandes pluies, l’eau n’a pas le temps de s’infiltrer dans le sol étant donné qu’il y a très peu de surfaces perméables en milieu urbain. Ça crée du refoulement et parfois même des problèmes quant au traitement des eaux », informe-t-il.

L’eau récoltée peut ensuite être utilisée pour l’arrosage des plantes ou le nettoyage de la voiture.

Le concept d’utilisation du baril récupérateur est relativement simple : le contenant s’installe à l’extrémité de la gouttière afin de recueillir l’eau de ruissellement. Lors de fortes pluies, un tuyau permet de rediriger le « trop-plein » du contenant d’une capacité de 200 L vers une surface perméable.

Pour faire l’acquisition d’un baril, les résidents doivent remplir certains critères de sélection. Une inspection visuelle de la résidence, effectuée par l’équipe de l’éco-quartier, peut être nécessaire pour déterminer si un citoyen est admissible au programme.

Parmi les conditions préalables, on retrouve l’obligation d’être desservi par un système d’égout unitaire. La demande doit également être formulée par le propriétaire de la résidence.

« Il faut aussi qu’il y ait des gouttières. La plupart du temps, c’est sur des toits en pente. Certains toits plats en ont, mais habituellement, c’est un drain central qui va acheminer l’eau. À Montréal, ce sont surtout ceux-là qu’on retrouve.

« Il faut aussi que la gouttière envoie l’eau directement dans le système d’égout, et non sur une surface perméable, comme un jardin », explique M. Michaud.

Pour l’instant, M. Michaud ignore quel sera le nombre de barils installés à Saint-Léonard.

« Ça va dépendre de la demande. C’est sûr qu’il va y avoir des arrondissements où il va y en avoir plus étant donné qu’il y a plus de gens admissibles. À Saint-Léonard, je ne pense pas qu’il y en ait tant que ça », explique-t-il.

Les barils pour récupérer l’eau de pluie sont en vente au coût de 20 $. Pour en faire l’acquisition ou pour en savoir davantage, on communique avec l’Éco-quartier Saint-Léonard au 514 328-8444 ou via courriel : ecoquartierstleonard@gmail.com.

Organisations: Ville de Montréal

Lieux géographiques: Saint-Léonard, Montréal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires